La defiscalisation immobiliere

Le principe de la défiscalisation immobilière existe depuis plus de 20 ans déjà. Il est possible de défiscaliser dans le domaine financier mais également dans le domaine immobilier. L’investissement immobilier reste, en France, un des meilleurs moyens de défiscaliser.

defiscalisation immobilier

 

Défiscalisation immobilière : définition

Concrètement, défiscaliser signifie investir de l’argent dans un domaine, pour ensuite pour regagner une partie de la somme de départ, en réduction d’impôt. C’est donc un gain d’argent assurée (à condition de réaliser les bons placements) sur le long terme.

Pour faire simple :

Défiscalisation immobilière = réduction d’impôt = économie d’argent = gain d’agent

Dans le secteur immobilier, de nombreux dispositifs ont été mis en place pour relancer ce domaine, le soutenir. C’est une solution pour faire face au manque de logements en France. Ces lois poussent les futurs propriétaires à acheter un bien, à faire bouger et évoluer le marché immobilier français.

Attention, chaque dispositif de défiscalisation immobilière est différent et a été mis en place pour des situations et objectifs différents. Avant de se lancer dans l’investissement et la défiscalisation immobilière, il est important de se renseigner sur le sujet afin de réaliser les bons choix.

Parmi les professionnels disponibles pour vous aider, vous pouvez vous tourner vers votre banquier, ou expert en gestion de patrimoine.

Défiscalisation immobilière : les dispositifs

De nombreux dispositifs ont été créés pour défiscaliser dans l’immobilier. Mais chacun d’entre eux est adapté à des situations différentes. Chaque loi répond à des objectifs, des envies et des moyens différents. La loi Malraux et la loi Pinel sont les dispositifs les plus connus et les plus utilisés. La loi Censi-Bouvard, la loi Monuments historiques, les statuts LMNP et LMP sont d’autres moyens de défiscalisation, mais relativement moins connus.

Loi Malraux

Spécifique à l’immobilier ancien, la loi Malraux concerne les biens ayant déjà une histoire à raconter. Ce dispositif donne droit à une réduction d’impôt qui est calculée à partir du montant des travaux compris dans le contrat.

Cette réduction peut aller jusqu’à 30% pour les biens situés en secteur sauvegardé. Pour ceux qui se trouvent en Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain ou Paysager (ZPPAUP), le maximum de réduction est de 22%.

Pour tous les bâtiments éligibles en loi Malraux, le montant total des travaux sur laquelle est calculée la réduction, est de 100 000 euros par an.

Pour bénéficier de la loi Malraux, plusieurs conditions sont à respecter : il faut être un contribuable français et réaliser des travaux aboutissant à la rénovation complète du bien. Aussi, les travaux doivent être suivis par un Architecte des Bâtiments de France. Pour avoir des informations plus détaillées, vous pouvez vous rendre sur ce site.

Loi Pinel

Le dispositif Pinel a également été mis en place pour payer moins d’impôt, préparer une retraite ou encore protéger un proche. Contrairement à la loi Malraux, celui-ci est spécifique à l’immobilier neuf (même s’il arrive parfois qu’il soit utilisé pour l’ancien), il remplace aujourd’hui l’ancienne loi Duflot.

La loi Pinel, c’est jusqu’à 21% de réduction d’impôt maximum du montant de l’investissement, soit un plafond de 63 000€.

Pour bénéficier de ce dispositif, il faut réaliser un investissement locatif. Le futur propriétaire doit faire l’acquisition d’un bien neuf, bâti ou non, et le louer pendant un certain temps : 6, 9 ou 12 ans. Le montant de la réduction d’impôt sera donc proportionnel à la durée de location, à savoir 12, 18 ou 21%.

Contrairement à d’autres lois, le bien acheté en loi Pinel peut être loué à un proche, mais également à des ascendants ou descendants.

Pour plus d’informations sur la defiscalisation immobiliere, cliquez-ici.